S.A.R. La Grande-Duchesse Maria Teresa visite le Service dys-positiv

En date du 12 juin 2013, S.A.R. la Grande-Duchesse Maria Teresa a visité le service dys-positiv de Caritas Jeunes & Familles.

Ce service fut créé en 2012, suite au constat qu’il manquait la possibilité d’une prise en charge globale pour des enfants atteints d’un trouble des apprentissages, offrant aussi bien un diagnostic qu’une aide thérapeutique spécifique.

S.A.R. la Grande-Duchesse exprima un vif intérêt pour la problématique des troubles de l'apprentissage et a saisi l'occasion de cette visite pour aller à la rencontre d'enfants suivant actuellement une thérapie individualisée. S.A.R. s'est également entretenue avec les parents des enfants ainsi qu'avec le personnel spécialisé du service dys-positiv, abordant notamment la complexité de ces troubles et le suivi thérapeutique mis en oeuvre.

On compte parmi les troubles le plus fréquemment détectés: la dyslexie (trouble de la lecture), la dysorthographie (trouble de l’écriture) et la dyscalculie (trouble de l’arithmétique). Pour chaque enfant il convient d’établir un plan de rééducation sur mesure. Cette prise en charge demande un personnel hautement qualifié se composant de psychologues et d’une éducatrice graduée, ayant tous suivi des formations complémentaires de spécialisation.

Les troubles de l’apprentissage ont généralement des répercussions très importantes sur la vie familiale, scolaire et sociale de l’enfant qui va souvent être confronté malgré lui à un échec scolaire et va rapidement perdre confiance en lui-même et ses capacités. En conflit avec son environnement, il finit par se retrouver dans une situation difficile. Le service dys-positiv peut poser un diagnostic, organiser une rééducation et informer l’entourage de l’enfant sur sa pathologie ainsi que sur les mesures à prendre pour lui faciliter la vie quotidienne.
 
Ne s‘adressant au tout début qu‘aux enfants de la Ville de Luxembourg, le service a pu étendre ses activités. En 2012, 62 enfants ont été pris en charge, dont 20 filles et 42 garçons. 50 diagnostics ont été réalisés et pour 28 de ces enfants une aide spécifique a pu commencer. Âgés entre 8 et 12 ans, la grande majorité (85,48%) des enfants pris en charge sont de nationalité luxembourgeoise, suivi par 8,06% de Portugais et de quelques autres nationalités.

Le service dys-positiv ne bénéficie actuellement d’aucun financement étatique, même si le ministère de l’Education nationale tout comme celui de la Santé et celui de la Famille saluent l’initiative. La Ville de Luxembourg et la Commune de Betzdorf ont conclu un partenariat avec le service afin que les enfants de la commune puissent avoir un accès gratuit aux prestations de dys-positiv. Afin de pouvoir assurer la pérennité du service et d’offrir notamment un soutien à des enfants issus de familles à revenu modeste, Caritas Luxembourg dépend des dons récoltés à cet effet. La détresse des personnes concernées et la gratitude que les enfants et leurs parents témoignent lorsqu’ils commencent à voir une lueur d’espoir est une belle preuve du bienfondé de dys-positiv.

Caritas Luxembourg sollicite des dons pour venir en aide aux enfants atteints d’un trouble des apprentissages, sur le compte CCPL LU34 1111 0000 2020 0000, mention « dys-positiv ».

Il existe aussi la possibilité de faire un don en ligne.
Pour plus d’informations : www.dys-positiv.lu / tél. 26 432 438 / contact@dys-positiv.lu

© Photo: Anouk Antony / Luxemburger Wort